Troyes en selle

À vélo sur Troyes et l'agglo.

Chemin de fer entre Troyes et Sainte-Florentin

Imaginons un peu, cette ligne de chemin de fer maintenant à l’abandon pourrait devenir un lieu agréable pour les habitants proches et les touristes voulant rejoindre le Canal de Bourgogne depuis Troyes.
Cette ligne recouverte par la végétation, pourrait devenir une voie verte. Une voie où tout cycliste et piéton serait en sécurité et tranquillité pour se déplacer.

Aujourd’hui la ligne de Saint-Julien (Troyes) à Saint-Florentin – Vergigny n’est plus officiellement en exploitation entre  Roncenay et Neuvy-Sautour. Mais à y regarder de plus près, c’est bien la ligne toute entière qui ne peut plus être exploitée à cause du manque d’entretien. La végétation reprend ses droits sur les voies.

La ligne offre un parcourt de 52km, relativement plat, elle évite le fort dénivelé présent dans le Pays d’Othe. Entourée d’arbres sur près de 90% de son tracé, elle est capable de proposer un espace ombragé, frais et relativement à l’écart du monde urbanisé qui peut l’encercler.

 

Entrée Est du tunnel de Jeugny

L’unique tunnel ferroviaire de l’Aube, sur la commune de Jeugny, fait partie de cette ligne. Construit en 1885 et long de 174m, il pourrait être mis en valeur, au profit des touristes et des habitants.
DSC_1548Intérieur du tunnel de Jeugny

L’intérieur est facilement aménageable avec du concasser. L’éclairage n’y ai pas indispensable, les sorties sont visibles de part et d’autre du tunnel. Notez au passage l’espace laissé par la seconde voie, déposée par l’armée allemande. C’est d’ailleurs grâce à cela qu’une voie verte pourrait facilement être implantée, il n’y a aucune dépose de rail à effectuer.

Ligne stratégique durant la seconde guerre mondiale, elle servait au transport de troupes et de matériels. La gare de Saint-Florentin – Vergigny a d’ailleurs fait l’objet d’une entrevue entre le maréchal Pétain, chef de l’État français de Vichy, et le Feldmarschall Göring le 1er décembre 1941.
De nombreux ponts sont présents dans la région florentinoise. Ils ont échappés à la guerre, malgré la mise en place d’explosifs par les résistants. Ces ponts ont une forte valeur ajouté pour la réalisation d’une voie verte. Certains élus du florentinois ont d’ailleurs évoqué la réalisation d’un vélorail, projet qui s’est finalement transformé en véloroute (piste cyclable plus précisément).

La Communauté de communes Serein et Armance (CCSA), la Communauté de communes Chaourçois et du Val d’Armance (CCCVA), Troyes Champagne Métropole (TCM) ainsi que SNCF Réseau Bourgogne, qui parlaient également au nom de SNCF Réseau Grand Est, se sont réuni à Ervy-le-Châtel pour la troisième fois en février 2018. La ligne de chemin de fer est un patrimoine qui permettrait de dynamiser la région, ils l’ont bien compris. Une ébauche de projet a été discutée lors de cette réunion. Le projet serait une véloroute, ou piste cyclable, de 42km entre Saint-Florentin – Vergigny et Roncenay. Le budget pour la création de cette voie est de l’ordre de 3,5 millions d’euros, une somme absolument ridicule face au potentiel touristique de ce trajet. Ce budget ne représente que 83k€/km, pour donner un ordre de grandeur, la création d’une piste cyclable est d’environ 200k€/km, une bande cyclable de 10k€/km et une autoroute urbaine (rocade, 2×2 en ville) de 100M€/km. La rocade troyenne a récemment était rénovée sur 1.04km pour un coût de 4M€, soit autant que la création de la piste cyclable sur cette ancienne voie ferrée.

Coût ridicule car le tourisme vélocipédique est en plein boom. Les aménagements réalisés sur la Loire à Vélo sont rentabilisés en de très courtes périodes, attirant toujours plus de cyclotouristes et faisant le bonheur des vélotafeurs qui peuvent rejoindre leur travail en sécurité et avec aisance. Un touriste à vélo dépense en moyenne 70€ par jour et par personne, contre 54€ pour un touriste non cycliste. L’axe servirait aussi à relier le Canal de Bourgogne et les lacs de la forêt d’Orient.

Notre association n’a pas été conviée ni informée de cette réunion malgré notre demande. Il serait dommage de mal aménager cette voie cyclable alors que notre association d’usagers est à disposition et motivée par ce projet absolument indispensable !

5 Comments

  1. Bonjour,
    Superbe article et très bonne idée sur ce potentiel a faible coût et qui permettrait de rallier le canal de bourgogne et de découvrir le département.
    Amateur également de vélo et de promenade, j’avais interpellé l’est eclair ( Mr Debrito) sur l’aménagement anarchique de nos routes et le manque d’anticipation des élues
    Habitant dans les nouveaux lotissements (bréviandes), il est dommage que la route entre bréviandes et buchères ne soient pas aménager en vélovoie au vue de la multiplication des lotissements (500 maisons prévues sur 2 ans) et du fait également que tous ces lotissement on des vélo voies intérieurs mais pas d’inteconnexion entres elles
    Je parle de l’exemple de la vélo voie des viennes qui passe à proximité du lotissement de echenilly, et qui pourrait à proximité rallier la vélovoie de la zac des feuillates (rosières) sachant que la vélovoie entre rosière et bréviandes est existantes mais malheureusement pas de vélovoie entre buchères et bréviandes alors qu’au parc logistiques (buchères), celle ci rejoint saint leger
    Tous ça pour dire que c’est anarchique
    En tous cas bravo pour votre travail

  2. Pourquoi, tout simplement, ne pas la réouvrir à tout trafic ferroviaire, tout comme les lignes de Troyes à Chalons et Troyes à Chatillon/Seine ?? Réouverture par étape, sur 3 à 5 ans, de manière à lisser les dépenses nécessaires à la réabilitation des voies. Cela donnerait des itiniéraires fret alternatifs. En proposant des horaires qui correspondent aux attentes des usagers, des parcs de stationnements adaptés aux abords des haltes abritées, une vitesse de fond de 90 à 110 km/h, des prix attractifs, on pourrait séduire les usagers car lorsque l’on voit le flot de vl qui entrent et qui sortent de l’aggomérationn de Troyes, matin et soir, je me dis que le potentiel existe. En plus, moins de véhicules sur la route entrainerait une baisse de la consommation de carburant, des emissions de C02 et du risque d’accident. Alors, pour quoi pas ? Il ne manque que la volonté politique ……..

  3. Chrystelle Robin

    14 juin 2019 at 13 h 42 min

    Bonjour
    entre Saint Parres aux Tertre et Troyes c’est le même problème
    avec les arrivées des rocades on peux traverser a pied, mais en vélo c’est délicat
    un traçage d’ un coté suffirait
    merci pour votre investissement
    Chrystelle

  4. Chrystelle robin

    14 juin 2019 at 13 h 45 min

    PS:cette idée de suivre le tracé de chemin de fer, c’est vraiment bien!

  5. A Noter : L’association de Sauvegarde la ligne 26 (ASL26) a elle de son coté le projet de créer un Vélo Rail sur cette ligne, en particulier sur la parcelle Jeugny-Auxon (10km), c’est à dire sur la parcelle où se trouve le Tunnel.
    L’ASL26 a fait une réunion avec TCM et les autres collectivités pour monter ce double projet.
    Notez aussi que l’autre objectif pour l’ASL26 est de conserver le patrimoine ferroviaire car cette ligne est BIEN UNIQUE dans l’Aube, il ne faut donc pas la perdre ! Si les rails et le reste des éléments du ferroviaire, une partie de l’Histoire s’envolera.
    A ce jour ASL26 défriche la ligne et deux km sont déjà remis à jour,
    Une demande de la part du conseil département a été faite pour classer cette voie patrimoine National car les archives révèlent bien plus que des surprises !

Répondre à Chrystelle Robin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Troyes en selle

Theme by Anders NorenUp ↑