Troyes en selle

À vélo sur Troyes et l'agglo.

Cartographie collaborative des difficultés dans l’agglomération troyenne

carto agglo troyes
Cartes des difficultés recensées par les cyclistes sur l’agglomération troyenne.
Les axes prioritaires sont en jaune clair et les points noirs sont représentés en bleu.
À retrouver sur https://carto.parlons-velo.fr/

L’envie de vélo est là : Le baromètre 2019 des villes cyclables mené par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) avec le soutien de la Sécurité Routière est devenu la plus grande enquête jamais menée auprès des cyclistes dans le monde avec 184 484 avis recueillis, en hausse de +63% par rapport à la première édition de 2017.

Et dans l’Aube ? La hausse est de 88% !
Avec 653 avis recueillis, essentiellement dans l’agglomération troyenne, les cyclistes aubois ont voulu se faire entendre. 
Si la participation est en hausse de 51 % à Troyes (469 avis), la progression est à chercher aussi dans les autres communes de l’agglomération : Ste-Savine avec 73 avis va être classée et St-Parres-aux-Tertres et St-André-Les-Vergers n’étaient plus très loin du seuil de 50 avis (la FUB ne diffuse les résultats que pour les communes ayant recueilli 50 avis ou plus).

participation troyes
650 avis ont été recueillis sur l’agglomération troyenne.
Vous pouvez retrouver la participation ici.

Les résultats détaillés de l’enquête seront publiés le 6 février 2020 lors du Congrès de la FUB. Il permettront de voir s’il y a, depuis 2017, une amélioration ou non de l’avis globalement défavorable des cyclistes troyens sur leur ville. En 2017, c’étaient la sécurité des enfants et des personnes âgées, ainsi que la traversée des carrefours qui avaient plus particulièrement tiré vers le bas la note de Troyes.


Une carte qui pointe les difficultés dans l’agglomération troyenne

En attendant les résultats en février, la FUB a diffusé, dès dimanche 1er décembre, une carte qui permet de visualiser les difficultés de déplacement à vélo. En effet, en plus de l’enquête comptant une trentaine de questions , les cyclistes pouvaient compléter une carte en signalant 3 axes à rénover en priorité et 3 points noirs. 👉https://carto.parlons-velo.fr/

Cette carte permet déjà de pointer les axes et les carrefours qui concentrent le plus les problèmes et les attentes des cyclistes.
Petit tour d’horizon :


Les axes prioritaires

difficulté à vélo sur l'agglomération troyenne
Mieux vaut habiter le long de Jules Guesde ou Chomedey pour venir à vélo dans le Bouchon. Et éviter Brossolette, 1er Mai ou Galliéni.

Plus le tracé est jaune clair sur la carte, plus ces axes ont été désignés comme à aménager en priorité, selon les cyclistes ayant répondu. Les axes les plus cités sont d’abord les artères rayonnantes partant du Bouchon :

  • l’axe Brossolette / Croncels / Dijon : La majorité municipale actuelle à Troyes a déjà annoncé que le pont du Faubourg Croncels, dans le cadre sa rénovation, sera élargi pour laisser passer une piste cyclable. La requalification de cet axe jusqu’à Bréviandes est aussi à leur programme avec la possibilité d’une piste cyclable en site propre.
Pierre Brossolette
La deux fois deux voies de l’avenue Pierre Brossolette est très largement en tête des axes que les cyclistes aimeraient voir aménager.
  • La D619 – l’axe qui permet de relier Saint-Parres-aux-Tertres à Troyes : les avenues Henri Barbusse à St-Parres / Maréchal de Lattre de Tassigny / 1er mai à Troyes.
D619
La D619 est l’un des principaux points noirs de l’agglomération, en particulier au niveau de l’échangeur avec G. Pompidou.
Rond point de l'Europe
Comment circuler à vélo et en sécurité dans le carrefour de l’Europe ?
  • les avenues Gallieni / Général Leclerc à Sainte-Savine et l’avenue Pasteur à Troyes font aussi partie des 4 axes les plus cités comme devant être réaménagés en priorité : l’absence presque totale d’équipement pour les cyclistes sur ces artères majeures rend la circulation à vélo difficile. Les croisements y sont aussi pointés du doigts (avec la rocade ou sur la place Casimir Perrier).
  • Un dernier axe majeur est souvent décrié, pas tellement pour l’aménagement de ses pistes ou bandes cyclables qui est globalement satisfaisant, mais pour ses intersections : l’axe Anatole France / Georges Pompidou. Du rond-point de l’hôpital jusqu’à l’échangeur de la D619 en passant par les intersections avec les avenues J. Guesde et P. Brossolette ou la Chaussée du Vouldy, les cyclistes ne se sentent pas en sécurité dans ces croisements.

D’autres axes sont régulièrement cités :

  • la partie de la rue du Lieutenant Pierre Murard proche des établissements Petits Bateaux,
  • les rues des Noës/Lamartine,
  • les rues Jules Didier/Adolphe Thiers à St-André-lès-Vergers,
  • la rue de la Marne,
  • le début de l’avenue Jules Guesde dont le revêtement de la piste cyclable est en cours de rénovation,
  • la rue Étienne Pédron.


Autour et dans le Bouchon

En étudiant cette carte, le tour du bouchon apparait, dans sa globalité, comme un point noir de la circulation à vélo dans notre agglomération.  Dans le détail, regardons quels sont les points noirs et les axes difficiles dans le centre de l’agglomération :

difficultés vélo bouchon troyes
Les difficultés autour et dans le bouchon vue par les cyclistes.
Les axes prioritaires sont en jaune clair et les points noirs sont représentés en bleu.

On reconnait immédiatement la « rocade » du bouchon : Les cyclistes demandent en priorité l’aménagement des boulevards Gambetta, Victor Hugo et du 14 juillet suivis par Carnot, Danton et Henri Barbusse ou encore le cours Jacquin.

Boulevard du 14 Juillet
Rares sont les jours où la piste cyclable du Bd du 14 Juillet est praticable : les voitures et camions y stationnent régulièrement en double file.

En étudiant les points noirs, on retrouve presque tous les carrefours du pourtour du bouchon :

  • À nouveau en tête, le Bd Gambetta qui est cité pour quasiment toutes ses intersections de la place Casimir Perrier au quai Dampierre. La circulation à vélo sur cette artère ne peut se faire qu’avec les automobilistes. Et la vitesse mais aussi l’absence de sas et de pistes cyclables rendent dangereux pour les cyclistes ce boulevard qui donne accès au conservatoire, à la médiathèque, au marché, aux théâtres, au cœur du Bouchon…
  • Premier ex-aequo, on trouve la place du Vouldy où le tracé sinueux de la piste cyclable rend cet équipement peu pratique : de nombreux cyclistes ne l’empruntent pas et circulent avec les automobilistes. 
place du vouldy
Se déplacer à vélo sur la place du Vouldy est un casse tête : certains cyclistes préfèrent circuler avec les voitures.
  • Ensuite, ce sont 2 autres ronds-points qui sont les plus pointés du doigt : Général Patton et F. Mitterrand. Là, les cyclistes ont été ou oubliés, ou envoyés sur des zones partagées avec les piétons via un marquage discontinu et insuffisant.
    Sur le rond-point Patton, la majorité du trafic vélo se fait entre Sainte-Savine et le Bouchon ; les cyclistes s’y perdent : 40% circulent avec les automobilistes, 40% empruntent la zone partagée sur le trottoir au nord, 20% empruntent le trottoir au sud (malgré le fait qu’aucun marquage ne les y autorise).
Rond point Général Patton
Les espaces partagées ne recueillent pas l’assentiment des usagers. Ici, le rond-point Patton : il est l’un des plus critiqués par les cyclistes.
rond point François Mitterrand
Trois voies pour les voitures et un accessit pour le vélo : le rond-point Mitterrand vient d’être rénové et, pourtant, il est l’un des 3 carrefours les plus décriés par les cyclistes.
  • Le carrefour à l’intersection des Bds du 1er RAM et Victor Hugo ainsi que le cours Jacquin sont régulièrement cités : là aussi les cyclistes ont été partiellement ou totalement oubliés.

Nous avons aussi relevé que 2 axes à l’intérieur du bouchon sont cités : la rue du Général de Gaulle et la rue Raymond Poincaré. Ce sont 2 rues qui ne sont pas en zone 30, et qui sont équipées d’une voie réservée aux bus et interdite aux cyclistes. La circulation dans le bouchon n’est pas aisée pour les cyclistes parce qu’il n’est pas toujours souhaitable de circuler dans les zones de rencontres où les piétons sont nombreux, que les revêtements de la vielle ville (pavés, pierre) peuvent être glissant et que les rues étroites ainsi que les voies à sens unique ne favorisent pas l’accès en ligne direct (aspect labyrinthique). Aussi autoriser à circuler sur les voies de bus offrirait aux cyclistes des axes de circulation en évitant les conflits avec les piétons.

Conclusion provisoire…

Il est notable que les boulevards Victor Hugo et Carnot avec le rond-point du Général Patton soient souvent pointés du doigt, alors même que le quartier gare vient d’être requalifié : les demandes des cyclistes n’ont pas été prises en compte.
A contrario, l’avenue Chomedey ou le boulevard Jules Guesde sont peu signalés pour leurs difficultés, signe d’aménagements réussis où la place des cyclistes a été intégrée dès la conception.

Bd Carnot
Les cyclistes comme les piétons préfèrent les voies séparées, contrairement à ce qui a été fait dans le quartier gare.

Les élections municipales de 2020 se préparent et les cyclistes qui souhaitent rouler en sécurité dans l’agglomération pourront s’appuyer sur les résultats de cette enquête et inciter les candidats à mettre en place un #PlanVélo pour éviter les erreurs d’aménagements et adopter une vision globale de la place du vélo dans notre agglomération (la sécurité, le stationnement…)

Vous n’avez pas vu, dans cette énumération, la rue que vous empruntez tous les jours à vélo ?
Alors, rendez-vous sur le site parlons-velo.fr pour connaitre tous les points recensés par les cyclistes 👉https://carto.parlons-velo.fr/



2 Comments

  1. La Rue pierre murard vient d’être refaite..mais rien pour les vélos..pourtant ils ont rétrécis un peu la route..et élargit les trottoirs…bizarre

    • Troyes En Selle

      10 décembre 2019 at 11 h 03 min

      Bien vu, et rien de bizarre là-dedans.
      La politique de la ville en matière d’aménagement des axes secondaires comme la rue Pierre Murard est : d’abord de réserver la place nécessaire au trafic motorisé (voitures et transports en commun), ensuite aux piétons et s’il reste de place au vélo, cinquième roue du carrosse.
      Il y avait bien de la demande pour une piste cyclable pour cet axe, entre autres en raison de l’accès qu’il donne aux établissements Petits Bateaux, mais « il n’y a pas la place » car les bus doivent pouvoir passer dans les 2 sens de circulation.
      D’autres choix auraient pu être faits : la mise en sens unique, par exemple, aurait laissé suffisamment d’espace pour faire passer une piste cyclable, les bus, les voitures et les piétons.

Répondre à Troyes En Selle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2020 Troyes en selle

Theme by Anders NorenUp ↑