Troyes en selle

À vélo sur Troyes et l'agglo.

Port du casque obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans

C’est officiel, la nouvelle est tombée, le port du casque sera obligatoire à partir du 21 mars 2017 pour les enfants de moins de 12 ans. Le décret n° 2016-1800 du 21 décembre 2016 vient d’être publié au journal officiel.

Que l’enfant soit assis dans une cabine d’un triporteur, sur un siège enfant ou roulant seul, le port du casque est désormais obligatoire. Dans le cas d’un triporteur ou biporteur, cela revient, par analogie, à obliger les enfants assis dans une automobile à s’équiper d’un casque. C’est un coup dramatique pour les cyclistes.
Un cadeau de Bernard Cazeneuve, Bruno Le Roux et Jean-Jacques Urvoas.

Le casque n’est pas un totem d’invincibilité. Mais il vous en coûtera une amende de quatrième classe, soit 135€ (si minorée 90€) en cas d’absence du casque.

Photo de popofatticus

L’Etat, après avoir supprimé les maigres subventions (230k€) pour le développement du vélo aux associations qui donnent tant pour faire évoluer nos conditions de circulations, la DRC, l’AF3V et France Vélo Tourisme, tente d’infantiliser les cyclistes au lieu de responsabiliser les personnes motorisées en grande partie responsables des collisions impliquant un cycliste.

On rappel qu’un casque de vélo n’est homologué que pour une chute, seul et à l’arrêt, d’un cycliste ! Absolument pas conçu pour résister face à un choc avec un véhicule motorisé. Hormis sa maigre efficacité, il ne protège que le crâne. Pourtant vanté par ses supporteurs comme une solution à notre sécurité, il ne protège ni le visage, ni le cou, et encore moins le reste.
Chose incroyable, malgré sa totale inefficacité à protéger le visage, une des justifications du décret est précisément: afin de limiter les blessures graves à la tête et au visage.
Il ne faut pas être surpris par ce passage complètement erroné, cette mesure est supportée par un certain Emmanuel Barbe, délégué à la sécurité routière. Ce personnage est un motard, absolument pas un cycliste. Quoi de mieux qu’un homme qui ne circule jamais à vélo pour décidé de la pluie et le beau temps sur la pratique du cycle. Un décret à l’image de nos infrastructures cyclables, faites et pensées par des automobilistes qui ne pratiqueront jamais leurs créations.

Photo de René van Belzen

Libre à chacun de porter un casque, mais rendre obligatoire son port est un frein à la mobilité, un frein au développement d’une ville apaisée, une raison de plus de toujours prioriser le tout automobile à outrance comme nous le vivons si bien dans l’agglomération troyenne.

Car si le casque est rendu obligatoire, c’est bien pour éviter d’apaiser la circulation, qui, comme tout le monde s’en rend compte, est une mesure bien impopulaire auprès de quelques automobilistes ayant une voix bien portante.

« 100% des râleurs sont des automobilistes frustrés » constate, à Montréal, Glenn Castanheira, commerçant et responsable politique.
Songeons aux habitants du voisinage qui auraient pu se déplacer à pied dans le quartier mais ont été découragés par ce véhicule, justement, garé sur un passage pour piétons. Songeons à ceux que le bruit des motos dissuade de baguenauder en ville, ou à ceux qui renoncent à prendre le bus, toujours englué dans les embouteillages. Des clients perdus.
Extrait du livre d’Olivier Razemon – Comment la France a tuée ses villes

Cette obligation est la porte ouverte à l’obligation généralisée du port du casque à vélo. Avec un tel avenir, que deviendront les VLS (Vélo en Libre Service) ? Car un casque se doit d’être adapté à la taille du porteur, et dès le moindre impact doit être remplacé pour ne pas perdre en efficacité.
Les décideurs en France n’ont malheureusement aucune culture vélo. Vélo ne rime pas avec pro. Le vélo c’est du transport, pas du sport !

Le gouvernement, en imposant une telle mesure, montre bien son incompétence crasse en matière de circulation des modes actifs. Les décideurs n’ont pas du monter depuis longtemps sur un vélo, sauf, peut-être, pour faire du sport ou une ballade et pour poser devant les journalistes. Loin, très loin de ce qui vit un vélotafeur, une personne allant faire ses courses ou rendant visite à des amis.

Mesure absurde par ailleurs, elle n’oblige pas les enfants à porter un casque dans une remorque ! Oui, vous lisez bien. Le décret impose le casque pour le conducteur ou passager du cycle. Mais voilà, un cycle est un véhicule à 2 ou 3 roues propulsé par l’énergie musculaire des personnes se trouvant sur ce véhicule. Une remorque n’a aucun moyen de propulsion, elle est donc hors du champ de ce décret. Une bonne nouvelle, grâce à l’incompétence du gouvernement en la matière.

Pour continuer dans ce thème, un article d’Isabelle Lesens fournit quelques pistes pour vous documenter sur les différentes études qui corroborent nos propos.

7 Comments

  1. Merci pour votre excellente analyse!

  2. Très bon billet.

    Je suggère quelques corrections :
    cela reviens -> revient
    les personnes motorisées en grande partie responsable -> responsables
    Pourtant décrié par ses supporteurs comme une solution à notre sécurité, pourtant il ne protège ni le visage, ni le cou, et encore moins le reste. -> Pourtant vanté par ses supporteurs comme une solution à notre sécurité, il ne protège ni le visage, ni le cou, et encore moins le reste.
    Car si le casque est rendue obligatoire -> rendu
    de quelques automobilistes ayants une voix bien portante -> ayant
    que deviendrons les VLS -> deviendront
    Si notre gouvernement nous imposent -> impose
    une tel mesure -> telle
    Si notre gouvernement nous imposent une tel mesure, c’est bien montrer une incompétence crasse pour la circulation des modes actifs -> Le gouvernement, en imposant une telle mesure, montre bien son incompétence crasse en matière de circulation des modes actifs

  3. Merci d’avoir pris le temps de trouver les mots pour parler de ce sujet.

    Je me pose la question de cet « arrêté du ministre chargé de la sécurité routière (qui) fixe les caractéristiques du casque »: tant qu’il n’est pas publié, le décret (et surtout les sanctions associées) n’est pas applicable dans la pratique. N’est-ce pas?

  4. Merci pour cet article de bon sens.
    Que fait l’Etat contre la pollution de l’air, qui tue + ?
    Contre les stationnements crétins, la vitesse en ville ?
    Le respect du au piéton ? Au cycliste ? A la personne à mobilité réduite ? A la vie ?

    https://www.youtube.com/watch?v=SfLJ876lXsQ

    Qui l’Etat respecte t’il ?

  5. Merci Nicolas : je ressortirai l’argument concernant la remorque si jamais on me cherche des noises à ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*